samedi 16 décembre 2017

L'enceinte de Blois
















Blois est une commune française, chef-lieu du département du Loir-et-Cher en région Centre-Val-de-Loire, elle est aussi la commune la plus peuplée du département. Au centre d'Orléans et Tours, deux entités historique, Blois est un des sites touristique de la vallée de la Loire, elle fut sous Louis XII, et pour environ un siècle, résidence royale.
                                                             


 Localisation : 41 000, Blois, département du Loir-et-Cher. 

Région : Centre-Val-de-Loire









La ville de Blois était défendue par seize tours et onze portes. Seuls le front nord et le front ouest sont relativement bien conservés. Les fronts sud et est sont mal connus en raison de la disparition de l’ensemble de leurs flanquements. Les sources écrites n’apportent que peu d’informations sur la typologie des organes défensifs.


La forme de l’enceinte blésoise montre qu’elle s’est adaptée à la topographie (principalement à l’ouest), à la morphologie de la ville et à l’emplacement des pôles urbains existants. Au vu de son tracé et de la densité du bâti il ne semble pas que le tracé ait englobé des quartiers non lotis comme cela a pu être le cas à Orléans (Loiret).

Le tracé de l’enceinte à la fin du XIIIe s. peut être divisé en cinq fronts. Le front nord de la ville s’étend de la porte Chartraine à la tour des Rouillis située à l’angle nord-est de l’enceinte.
La porte Chartraine, principale entrée de la ville, s’ouvrait sur l’axe de communication majeur traversant Blois du nord au sud et aboutissant à la porte du Pont. Cet axe reliait Blois notamment à Chartres (depuis la porte Chartraine) et à Bourges (depuis la porte du Pont).
À l’est de la porte Chartraine, l’enceinte était prolongée par la tour Beauvoir, ancienne tour seigneuriale édifiée avant la construction de l’enceinte. Au XIIIe s., elle fut intégrée au tracé des fortifications. Trois autres tours rondes flanquaient le front nord, dont la tour des Rouillis à hauteur de laquelle l’enceinte marque un coude pour redescendre vers la Loire.
Ensuite, l’enclos des Cordeliers, défendu par deux tours quadrangulaires, formait un décrochement d’environ 25 m sur le front nord de l’enceinte. Une petite tour ronde, la tour Guerry, est située dans l’angle rentrant de l’enclos des Cordeliers. Au vu de sa taille réduite et de sa position elle devait simplement servir à la surveillance.
 Le front oriental de la ville était percé de trois portes (Clouseaux, Maréchal et Saint-Jean) et flanqué par une tour ronde, la tour de Paradis, et une tour d’angle, la tour des Poudres. À hauteur de cette tour le tracé marquait un nouveau retour pour suivre le cours de la Loire.
Une première porte, la porte Neuve, s’ouvrait au débouché de l’actuelle rue Porte Bastille et débouchait sur le Port Neuf. Il semble qu’il n’y ait eu aucun flanquement jusqu’à la porte du Pont. Au débouché du pont, côté Vienne, un tracé semi-circulaire est visible sur le cadastre napoléonien daté de 1810.
Une troisième porte, celle du Port-Vieil, débouchait sur le plus ancien port de la ville. Enfin, une tour d’angle quadrangulaire, la tour Saint-Lomer, prenait place à l’angle sud-ouest de l’enceinte.
L’enclos de l’abbaye Saint-Lomer à l’ouest était constitué par un segment de courtine formé en partie par la façade de l’actuelle église Saint-Lomer.
La porte du Foix était située au débouché de la rue éponyme, en contrebas de l’éperon castral. À cet endroit, l’enceinte urbaine était liée à l’enceinte castrale qui assurait ainsi la défense d’une partie du front ouest. Au nord de l’éperon castral les deux enceintes étaient de nouveau réunies par la porte des Champs (porte qui défendait l’entrée ouest du château). Une première tour ronde, située entre la porte des Champs et la porte Côté flanquait ce segment de l’enceinte. Enfin, cinq tours rondes défendaient la ville entre la porte Côté et la porte Chartraine.
Les portes ayant été détruites, seules les sources écrites et iconographiques sont susceptibles de nous renseigner sur leurs caractéristiques. Deux types de porte sont reconnaissables : des tours-portes et des portes à deux tours (circulaires ou quadrangulaires). Les principales portes d’entrée en ville (dites Chartraine, du Pont, du Foix et Côté) possédaient deux tours circulaires encadrant un passage central. L’historiographie présente unanimement la porte comme l’élément majeur d’une enceinte qu’elle soit urbaine ou castrale. Cet organe est réalisé avec grand soin pour deux raisons majeures : la porte représente par nature un point faible puisque c’est une ouverture dans le système défensif mais elle est également le lieu d’accès à la ville et se doit donc de présenter de manière ostentatoire la richesse et le pouvoir de celle-ci.

Les tours de flanquement de l’enceinte urbaine – la tour Beauvoir n’est pas prise en compte car elle a été édifiée avant la construction de l’enceinte – sont majoritairement de plan circulaire : c’est le cas pour treize d’entre elles. Seules trois sont de plan quadrangulaire. Ces dernières sont les deux tours qui protègent l’enclos des Cordeliers et la tour d’angle qui défend l’abbaye Saint-Lomer, c’est-à-dire les organes qui défendent les pôles religieux de la ville.

L’enceinte a été entretenue tout au long du Moyen Âge, depuis sa construction au XIIIe s. à son adaptation partielle à l’artillerie à feu au début du XVe s. Elle est dès le XVIe s. en état d’abandon. Cependant, lors des conflits des guerres de religions elle est renforcée par deux petits éperons aux angles sud-est et sud-ouest. Ces aménagements ont été ponctuels et n’ont pas dû être jugés utiles très longtemps puisque les destructions ont continué à ponctuer la fin de l’époque moderne.
Blois n’était pas véritablement une place de guerre et l’objectif principal de l’enceinte était de protéger les habitants. L’enceinte a été renforcée et modifiée lorsqu’il existait des menaces extérieures dans la région et les fortifications n’ont été que très partiellement adaptées à l’artillerie à feu au XVe s. (une seule tour sur les sept conservées). Les fortifications ont perdu leurs fonctions défensives très tôt.








*   *






La ville



http://cassini.ehess.fr/cassini/fr/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Blois


Sur la base Mérimée
http://www.culture.gouv.fr


Trois très beaux documents sur Blois qui concernent 
l'inventaire du patrimoine, les archives, l'enceinte médiévale.
https://patrimoine.regioncentre.fr

http://archives.culture41.fr/archive

http://journals.openedition.org/racf/2483



*



Les places fortes entourant l'Ile-de-France

Châteaux, châteaux-fort, donjons
http://unchemindeliledefrance.blogspot.fr

Le monde des châteaux
http://unchemindeliledefrance.blogspot.fr






Le tourisme dans le Loir-et-Cher






*





Enceinte de la ville de Blois au XIIIe siècle